Etudes CEROM - La Réunion

15 décembre 2016

Le chantier de la Nouvelle route du littoral à La Réunion : Un moteur de croissance économique, mais peu de créations d’emplois

Le chantier de la Nouvelle route du littoral (NRL) représente un investissement conséquent d’1,7 milliard d’euros, s’échelonnant de 2011 à 2019.

Entre 2011 et 2013, la phase de préparation technique et administrative mobilise peu les entreprises réunionnaises : moins de 250 salariés sont concernés. En 2014, le chantier démarre et les retombées économiques sont immédiates. D’après une modélisation de l’économie réunionnaise, il est à l’origine d’un tiers de la croissance cette année-là. En 2015, il continue de soutenir l’activité économique, mais sa contribution à la croissance est moindre. Sur ces deux années, le chantier et ses retombées économiques représentent environ 3000 emplois directs, indirects et induits par an.

18 juillet 2016

Les comptes économiques de La Réunion en 2015 - Juillet 2016

28 septembre 2015

Emploi et chômage : le paradoxe réunionnais

31 août 2015

Compte Satellite du Tourisme à La Réunion en 2010 - Août 2015

23 juillet 2015

Les comptes économiques de La Réunion en 2014 - Juillet 2015

La Réunion renoue avec la croissance

En 2014, l’activité amorce une reprise : le PIB progresse de 3,1 % en volume. La consommation reste le moteur principal de la croissance mais elle trouve un relais avec le rebond de l’investissement (+ 6,8 % en volume).

La situation du marché du travail s’améliore légèrement. Le revenu disponible brut des ménages augmente de 2,7 % en valeur. Cette croissance profite au pouvoir d’achat, qui progresse de 2,5 %, grâce à la stabilité des prix.

Le montant total des salaires accélère et la plupart des prestations sociales continuent de progresser. Seules les prestations chômage reculent.

L’amélioration du pouvoir d’achat soutient la consommation des ménages qui progresse de 2,7 % en volume après 1,0 % en 2013.

16 juillet 2014

Les comptes économiques de La Réunion en 2013 - Juillet 2014

La croissance reste faible

En 2013, le Produit intérieur brut (PIB) de La Réunion augmente en volume de 0,7 %, comme en 2012. L’augmentation des prix du PIB est estimée à 0,9 % sur l’année : elle ralentit nettement par rapport à 2012 (+ 1,8 %). Le PIB en valeur est ainsi en hausse de 1,6 % après + 2,4 % en 2012.

Après des années 2009 et 2010 marquées par un recul de la croissance, l’activité économique s’est timidement redressée en 2011 (+ 1,2 %). Depuis 2012, la croissance se maintient à un niveau très inférieur à celui d’avant crise (années 2000 à 2007).

En France, le PIB croît de 0,3%en volume, après une année de croissance déjà modeste en 2012 (+ 0,3 %).

02 octobre 2013

Les comptes économiques de La Réunion en 2012 - Octobre 2013

La croissance se tasse

Le produit intérieur brut (PIB) de La Réunion est estimé à 16,3 milliards d’euros en 2012 (tableau 1). Il augmente de 0,7 % en monnaie constante (volume - voir encadré). La croissance est plus modérée qu’en 2011 (+ 1,2 %)mais est meilleure qu’au niveau national. En 2012, la croissance est nulle en France, conséquence notamment d’une inflation élevée (graphique 1).

L’année économique 2011 avait été marquée par une croissance modérée, soutenue par une reprise de l’investissement après deux années de forte baisse. Ce moteur de l’activité économique s’essouffle en 2012. La consommation prend le relais de l’investissement. Le recul de l’inflation contribue à une amélioration du pouvoir d’achat des ménages. Leur consommation augmente en volume plus fortement qu’en 2011.

Du fait de l’augmentation de la population toujours soutenue à La Réunion, le PIB par habitant baisse de 0,3 % en volume.

25 avril 2013

Bilan macro-économique de La Réunion 2000-2010 - Avril 2013

Une crise conjoncturelle ou les limites d’un modèle de croissance ?

11 décembre 2012

Emplois touristiques 2011 à La Réunion - Décembre 2012

Peu d’emplois touristiques mais un potentiel à développer

Les activités liées au tourisme emploient 6 750 salariés au 1er janvier 2011 à La Réunion. Comparativement aux autres régions françaises, le poids du tourisme dans l’emploi total est faible, autour de 3,2 %. Pourtant, La Réunion dispose d’un potentiel touristique important, et ce secteur est perçu comme porteur pour le développement économique de l’île.

L’hébergement, premier employeur touristique, n’a pas retrouvé son niveau d’emploi d’avant la crise sanitaire du chikungunya de 2006. L’offre hôtelière est particulièrement faible et place la région dans les dernières régions françaises.

L’aérien et les loisirs, également stratégiques pour le développement du tourisme, créent des emplois. Dans les loisirs notamment, les activités de valorisation du patrimoine naturel ou culturel et les offices de tourisme se déploient. Dans les transports, la location de voiture reste en tête, mais le transport collectif par bus gagne du terrain.

03 juillet 2012

Les comptes économiques de La Réunion en 2011 - Juin 2012

Une timide reprise de la croissance

Après une année 2009 marquée par la crise et une année 2010 atone, l’activité économique se redresse en 2011 : la croissance du produit intérieur brut (PIB) est estimée à 1,2 % en monnaie constante (volume) (graphique 1). La reprise de l’investissement (+ 4,6 % en volume) est l’événement marquant en 2011, après deux années de forte baisse.

  • 1
  • 2

CEROM

  1. Papeete  
  2. Fort-de-France  
  3. Pointe-à-Pitre  
  4. Cayenne  
  5. Saint-Pierre  
  6. Paris  
  7. Mamoudzou  
  8. Saint-Denis  
  9. Nouméa  
  10. Mata'Utu